Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 10:00

Le sommeil t’a emporté 
Trop loin. 
Doucement, sans bruit 
Tu t’es retiré. 

Dans le vent frais 
De ce matin d’octobre 
Aux portes de l’église, 

Dans les branches du saule 
Qui saluent ton départ 
En cascade de lumière, 

Dans les larmes brûlantes 
Qui couvrent le visage 
De ta fille, 
De ta femme, 

Dans les parfums des roses 
Couchers de soleils 
Posées sur ton cercueil, 

Dans le feu impatient 
Qui attends ta dépouille 
Pour te rendre à la terre, 

Je t’ai reconnu, 

Mon oncle.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Au nom de la plume
  • : Mes poèmes
  • Contact

Recherche

Liens